Plan du site / Accueil / Ecran de Veille

Carte de France / Photothèque / EMail

Visionnez mon livre d'or Signez mon livre d'or

Club ginkgo.biloba : Inscription

( Newsletter, Base de données )

Dénomination: Ginkgo biloba / Arbre aux quarante écus / maidenhair tree

Ginkgo 

Il aura fallu plusieurs siècles pour que l’orthographe du nom de cet arbre soit enfin fixée. Au Japon, comme l'a écrit Kaempfer en 1720, l'arbre est appelé ichô ou ginnan, ce qui signifie " arbre aux abricots d'argent". Cela fait référence aux reflets argentés des fruits qui ont la taille et la couleur de ceux de l'abricotier. Ginnan est une des deux transcriptions japonaises normales pour les idéogrammes chinois signifiant " abricots d'argent" et lus actuellement yinxing. Une autre transcription est gin kyo .C’est sans doute grâce à une faute de transcription que le gin kyo japonais deviendra le Ginkgo en Europe. L’auteur de cette erreur ? Engelbert Kaëmpfer, le « découvreur » allemand (1651-1715) de l’arbre, qui aurait mal formé un Y qui fut pris pour un G, soit par lui-même, soit par son imprimeur!

Prononciation: le mot Ginkgo se prononce en français JIGN-KO ou JIN-KO ( le son IN est nasalisé comme dans le mot vin ). En bon français, il faut éviter la prononciation anglaise " djinn-ko " et les autres prononciations approximatives: djenn-ko, jinn-ko ou ghenn-ko. Source: Bulletin linguistique de la Radio française de Radio-Canada

Ginkgo biloba L.

En 1771, Linné  adjoignit au terme de Ginkgo le qualificatif de biloba, pour préciser que l’une des principales caractéristiques des feuilles de cette espèce était leur forme bilobée.  Cette appellation binomiale à été adoptée par la communauté scientifique internationale, le nom officiel de notre arbre est donc : Ginkgo biloba L. ( L pour Linné)

Cette appellation a été adoptée avec réticence par certains botanistes des XVII et XIXème siècles, notamment l’anglais J.E. Smith qui considéra, en 1797, que la description de Linné était insuffisante et le rebaptisa  Salisburia adiantifolia. On retrouve parfois cette dénomination dans des flores du 19ème siècle.

Autres appellations japonaises

 Ginkgo, nom actuel de notre arbre, signifiant " abricot d'argent", est actuellement tombé en désuétude au Japon. Guinnan, autre nom japonais signifiant " abricot d'argent", est encore populaire au Japon mais il désigne les amandes du Ginkgo plutôt que l'arbre lui-même. L'appellation courante de cet arbre au Japon est itsjo ( prononcer itchô ). Ce nom vient du chinois Ya-Tchio, littéralement « patte de canard », en référence à la structure palmée de la feuille bilobée. La transcription actuelle du nom japonais est Ichô ou Ichou. Il existe d'autres appellations japonaises, notamment l' arbre aux mamelles, chichi-no-ki. ce nom est encore utilisé dans les temples de campagne qui abritent de vieux Ginkgos et où les superstitions populaires relatives à l'allaitement des enfants sont encore vivantes.

Lien internet japonais pour en savoir plus sur les appellations asiatiques ( en anglais )

 

        Le nom d’ arbre aux quarante écus n’est employé qu’en français. Il date de 1780 et on le doit à Pétigny, botaniste français amateur, qui acheta en Angleterre les cinq premiers arbres ramenés en France. En calculant le prix de son achat par rapport à celui du repas qu'il offrit à son fournisseur, Pétigny surnomma ses arbustes " arbres aux quarante écus". Selon une autre version des faits, le  botaniste anglais aurait proposé le lendemain de reprendre pour ce prix-là un seul des plants parmi les cinq qu'il avait vendus la veille. Presque tous les Ginkgos de France descendent de ces cinq plants importés d'Angleterre par Pétigny. Le nom d'arbre aux quarante écus rappelle également  que les feuilles, en automne, peuvent faire penser à des écus en or !

Le nom de " noyer du japon", actuellement aussi en désuétude, vient de la ressemblance approximative de ce qu'on appelle les "fruits" du Ginkgo, contenant une amande comestible, avec les noix.

 Autre appellation européenne : maidenhair tree

       Le nom de maidenhair tree est très employé dans les publications anglo-saxonnes grand public. Il correspond à la ressemblance des feuilles de Ginkgo avec celle de la fougère à pétiole dénommée adiante ( Adiantum en latin ). On retrouve cette comparaison dans l'appellation donné au Ginkgo par Smith en 1797: Salisburia adiantifolia. L' adiante est également connue en France sous le nom de capillaire de Montpellier. Cette plante, bien connue des botanistes est parfois appelée «  cheveux de Vénus », en anglais maidenhair, d'où la dénomination anglais du Ginkgo de maidenhair tree. En allemand, on retrouve les noms de Ginkgobaum et madchenhaarbaum, traduction de maidenhair tree

 

  Accueil Plan du Site Haut de Page Me Contacter