Accueil > Plan du Site > Carte de France > Carte de Normandie > Luc sur Mer

 

Photos, Février 2001

Le très beau Ginkgo centenaire de Luc sur Mer, se situe dans le Jardin  de la Mairie, aussi appelé Parc de la Baleine

Lisez l'histoire de cette baleine plus bas sur cette page

 

 

Tout a commencé le 15 janvier 1885 au petit matin, quand un petit garçon a remonté la rue principale de Luc-sur-mer en hurlant : " Y'a un monstre, là-bas, à la brèche du moulin.". Le temps de reprendre son souffle et de raconter au maire, du haut de ses 8 ans, la raison de son agitation, et tout le village lui a emboîté le pas. Mais arrivé à la limite de Langrune, de l'autre coté de la douvette, ruisseau qui sépare les 2 communes Luc et Langrune, une énorme baleine s'était échouée sur la grève. Alors que les plus courageux s'approchaient du " monstre ", un douanier courait prévenir le docteur Delage, au laboratoire maritime que l'université de Caen avait justement installé à quelques centaines de mètres de là, près de la plage de Luc-sur-Mer. Pendant que le maire de Langrune (la baleine est sur son territoire) met en place des gardes autour de l'animal pour éloigner la foule qui s'enhardit et voudrait bien en emporter un morceau en souvenir, le docteur Delage fait les premières constatations. C'est une baleine commune c'est à dire un rorqual. Son poids est estimé à 40 tonnes; il s'agit d'un mâle de près de 20 mètres de long et 12 de tour de taille.

 Mais, devant ce cas particulier (la baleine est considérée comme une épave au sens légal) il faudra attendre une semaine avant d'obtenir les autorisations d'entamer la dissection et la naturalisation du mammifère marin, largement le temps de laisser se propager la rumeur... et l'odeur pestilentielle dégagée par le cadavre en décomposition. Toute la région voulait avoir vu la " baleine de Luc ". La compagnie de chemin de fer de Caen avait d'ailleurs mis en place des rotations de 21 trains par jour, et malgré ça, des centaines de curieux devaient rester sur les quais de Caen, faute de place dans les wagons bondés. Les plus chanceux partaient vers la côte, et à plusieurs kilomètres de Luc sentaient déjà l'odeur abominable du cétacé en pleine décomposition. Ce qui n'effraiera pas le fabriquant de savon et de parfum Julienne, à Caen, le fondateur de l'actuelle parfumerie Lefort, qui viendra acheter la graisse de la baleine pour en faire du savon.

 

 

Une fois le dépeçage terminé, le squelette a été vendu à la ville de Caen et exposé pendant 42 ans dans l'ancienne église ST-SAUVEUR, puis transféré au jardin des plantes de Caen en 1927. En 1937, la ville de Caen envisage sa destruction pure et simple. Le maire de Luc-sur-mer propose de récupérer le squelette pour le remonter dans le nouveau parc de la mairie de Luc sur mer, appelé depuis " parc de la Baleine".